Accueil / Nos sens / L'Ouïe / Entrevue avec Bascaille
aout01

Entrevue avec Bascaille

anacharousseau

par Anacha Rousseau//Sparages

Bascaille, c’est un trio de percussion hors du commun et bien enraciné dans la région. C’est aussi trois musiciens d’exception : Tom Jacques, Antoine Létourneau-Berger et Olivier Tremblay-Noël, tous originaires du Bas-Saint-Laurent. Ils partiront bientôt en tournée avec leur spectacle Terroir sonore. J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec le sympathique et très créatif Tom Jacques, qui vient d’ailleurs tout juste de remporter le Prix de la relève artistique de l’année du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent.

 

 

Anacha Rousseau : Peux-tu nous parler de Bascaille ? Qui sont les membres du trio et qu’est-ce qui vous unit ?

Tom Jacques : Bascaille est un trio composé de moi-même, Tom Jacques, d’Olivier Tremblay-Noël, qui est en ce moment à Montréal, mais originaire de Mont-Joli et qui a étudié au Conservatoire de musique de Rimouski, et d’Antoine Létourneau-Berger, qui a aussi étudié au conservatoire à Rimouski et à Montréal. Il est de retour dans la région. Voilà près de quatre ans que nous travaillons ensemble. Le projet est né quand j’ai commencé à développer des instruments de musique avec les artisans et lorsque nous avons commencé à composer des pièces avec ces instruments, les trois ensemble. Puis, nous avons présenté des spectacles.

 

A.R. : Vous avez développé un projet d’oeuvres d’art sonores créées en collaboration avec des artisans de la région. J’ai vu celle réalisée avec Marius Harton. Peux-tu nous en parler un peu ?

T.J. : Ce projet est celui de la tournée que nous ferons qui s’appelle Terroir sonore. C’est un projet qui est subventionné par le Conseil des arts et des lettres du Québec dans le cadre du Programme de partenariat territorial. Nous avons développé trois oeuvres d’art sonores. Avec Marius Harton, sculpteur du Kamouraska, nous sommes partis de ce qu’il avait l’habitude de faire et nous avons repensé son travail au point de vue sonore. La sonorité du bois change de bas en haut de la sculpture. C’est une pièce de bois qui sonnait déjà bien lorsque nous sommes entrés dans son atelier. Nous avons donc décidé de partir de cela pour faire la sculpture. Nous avons fait une pièce avec des instruments recyclés d’une cour à scrap avec Louis-André Saint-Laurent, un ébéniste de la région qui travaille aussi à la forge de Saint-Anaclet. C’est un gros baril de miel qu’on peut faire tourner à la main ou avec un système d’une machine à coudre d’époque au pied. Nous avons aussi intégré deux mufflers de char à l’oeuvre. La troisième oeuvre est avec Emmanuel Guy de Rimouski. Nous avons fait une structure avec des manivelles pour faire tourner plein d’objets à différentes vitesses. C’est un objet qui exploite les bruits blancs, comme on dit en musique bruitiste contemporaine. Nous avons beaucoup exploré la rotation dans ce projet.

 

aout01

 

A.R. : Ces oeuvres seront-elles présentées dans le cadre de vos spectacles ?

T.J. : Après ce projet, qui consistait à concevoir les oeuvres, nous avons fait trois résidences d’artistes pour composer les pièces. La dernière va se dérouler la semaine prochaine et, ensuite, nous commençons notre tournée. Nous avons une série de onze spectacles dans l’Est-du-Québec. Nous irons aussi à Québec et à Saint-Élie-de-Caxton.

 

A.R. : Qu’est-ce que les gens peuvent s’attendre à vivre comme expérience en allant voir un spectacle de Bascaille ?

T.J. : Notre groupe essaie d’exploiter l’espace, de sortir du conventionnel scène-public. Il est possible que nos instruments soient étalés dans l’espace. Il y aura probablement des choses que les gens n’auront jamais vues de leur vie autant musicalement parce que nous faisons de la musique contemporaine, mais aussi parce qu’on joue seulement avec des instruments inventés. 100 % de nos instruments sont créés ici dans la région. Il n’y a aucun instrument qui existe ou que nous avons acheté, nous les avons tous fabriqués. Nous sommes un groupe du terroir à 100 %. Le public pourra aussi découvrir une variété de sons assez incroyable. C’est justement le but de créer ces instruments, de créer des univers sonores vraiment particuliers qu’on ne pourrait pas atteindre avec des instruments conventionnels.

 

A.R. : Avez-vous d’autres projets après votre tournée de spectacles ?

T.J. : Nous travaillons sur de nouvelles idées et nous aimerions tourner plus au Canada et à l’international, mais c’est en chantier. Nous travaillons aussi sur de nouveaux instruments !

 

 

Bascaille en tournée!

Vous n’avez aucune raison de ne pas aller voir Bascaille, car ils seront en spectacle un peu partout dans la région en aout ! Vous ne pouvez pas les manquer !

05//Saint-André-de-Kamouraska || Maison culturelle Armand-Vaillancourt
06//Trois-Pistoles || Le Récif à Rivière-Trois-Pistoles
09//Rimouski || 5 à l’Angélus
11//Sainte-Félicité || Manoir des sapins
12//Mont-Louis || La Pointe Sec
13//Sayabec || Camp musical du lac Matapédia
15//Rivière-du-Loup || École de musique Alain-Caron
16//Témiscouata-sur-le-Lac || BeauLieu Culturel
17//Québec || Librairie Saint-Jean-Baptiste
18//Saint-Élie-de-Caxton || Le Rond Coin
26//Sainte-Flavie || Parc de la Rivière Mitis

 

 

 

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

sept25

Pimp mon char électrique

par Busque   L’avez-vous vue passer, la voiture blanche remplie de dessins tout autour ? ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *