Accueil / Nos sens / La Vue / En tant que lecteur, j’ai le droit…
avril29

En tant que lecteur, j’ai le droit…

par Justine Saint-Pierre, libraire à la Librairie du Portage

 

Depuis 1996, au Québec, nous célébrons la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur le 23 avril. Mais pourquoi cette date ? Simplement parce qu’elle est symbolique pour la littérature universelle, en partie puisqu’elle marque la disparition d’écrivains importants comme Cervantes, Shakespeare et bien d’autres. Alors que cet événement souligne le droit d’auteur, j’ai pensé que cela pourrait être divertissant de lister quelques-uns de nos droits en tant que lecteurs. En reprenant certains des dix commandements de Daniel Pennac, écrivain français réputé, voici des suggestions de lecture qui les accompagnent.
LE DROIT DE RELIRE
La nostalgie à l’idée de quitter une histoire et ses personnages est un de mes défauts de lectrice. Toutefois, je me console, puisque non seulement je ne suis pas la seule à vivre difficilement cette séparation, mais aussi parce que j’ai la possibilité de relire tous ces livres ! Les plus réticents face à cette pratique diraient que c’est une perte de temps, surtout que ce dernier pourrait être utilisé pour explorer de nouvelles oeuvres. Je leur demanderais alors ce qu’il y a de mieux que le plaisir de retrouver des personnages que nous aimons déjà, la sécurité d’un récit que nous connaissons. Voici donc deux romans à lire et à relire !
L’alchimiste de Paulo Coelho
À relire, quelques fois dans sa vie, afin de se rappeler la belle leçon qui nous est transmise.
Tarmac de Nicolas Dickner
Cette intrigue se déroule à Rivière-du-Loup et met en lumière des personnages attachants. À relire avec l’espoir de changer la fin.
LE DROIT DE LIRE N’IMPORTE OÙ
La vraie puissance de la lecture est de nous transporter ailleurs. Nous pouvons nous installer n’importe où, ouvrir des pages et plonger dans un univers soit complètement différent du nôtre, soit frôlant le réalisme. Certes, il y a quand même des endroits opportuns pour lire certains ouvrages et d’autres, déconseillés.

Extases de Jean-Louis Tripp
Bande dessinée érotique à lire sous la couette dans laquelle l’auteur évoque ses relations amoureuses ainsi que ses pratiques, tout autant que ses émotions et ses sensations.
Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano
À lire les deux pieds dans le sable, sous le soleil plombant. Laissez-vous emporter par le cheminement vers la joie et l’épanouissement de Camille, trentehuit ans.

avril29
Bondrée d’Andrée A. Michaud
Été 1967, un camping, des meurtres et une légende douteuse : intrigue policière à ne surtout pas lire en camping.
Mieux survivre à ta maternité de Maude Michaud
À lire dans le bain pour toutes les mamans qui y trouvent leurs uniques temps libres. Ce guide humoristique sur la maternité sera votre accompagnateur par excellence.

avril30

 

LE DROIT DE LIRE À HAUTE VOIX
En tant que libraire, mes plaisirs coupables sont les albums pour enfants. Il n’est pas rare que je fouille dans la section jeunesse afin de découvrir une nouvelle perle magnifiquement illustrée avec une morale bien amenée et pertinente. Ces histoires valent la peine d’être lues à haute voix aux prochaines générations.
La montagne de livres de Rocio Bonilla
Véritable coup de coeur pour cet album qui véhicule un message crucial dans le développement d’un enfant, soit la reconnaissance du pouvoir de son imagination.

avril31
La boîte à bisous de Pascal Bruckner et Mayana Itoïz
L’histoire touchante d’un papa aimant, mais maladroit, qui a de la difficulté à trouver sa place auprès de sa petite fille.
Paul et Antoinette de Kerascoët
Un récit drôle, profond et magnifique sur l’acception, la confiance et l’importance d’être soi-même.

 

Cette Journée mondiale du livre et du droit d’auteur est importante pour nous, les libraires, puisqu’elle partage nos intérêts et nos missions : honorer la beauté du livre et ce qu’il contient et promouvoir la lecture auprès des jeunes comme des adultes. Apprendre à respecter la contribution nécessaire des créateurs au progrès social et culturel et reconnaître la place importance que cet art occupe ou devrait occuper dans notre vie, voilà deux autres bonnes raisons de célébrer.
Bonne lecture !

 

 

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

mai25

Kayak de mer et autisme

par Christian Morneault   La Rumeur du Loup a conservé le texte original afin que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *