Accueil / Nos sens / L'Émotion / De la mythologie… À votre porte
juin16

De la mythologie… À votre porte

lemécanicien

par le mécanicien, illustration d’Isabelle Castonguay

 

Dans plusieurs mythologies anciennes, certains animaux ont certains rôles. Parfois, ils sont de mauvais présages et, parfois, ils représentent la sagesse.

 

 

Le corbeau est probablement l’animal qui a le plus de significations différentes. Les deux messagers d’Odin, Hugin (la pensée) et Munin (la mémoire), étaient envoyés à l’aurore pour rapporter tout ce qu’ils entendaient par le vaste monde. Ils jouaient ainsi le rôle de messagers et de gardiens, tandis qu’en Chine et au Japon, ils représentaient la gratitude et l’amour familial. Dans la mythologie biblique, ils représentaient un symbole de dualité et de perspicacité, car c’étaient eux que Noé envoyait pour vérifier si la terre recommençait à apparaitre au-dessus des eaux. Le corbeau refuse, vexé d’avoir été mis au rang de créature impure. Noé le maudit et en fait un oiseau de mauvais augure. Chez les Mayas, le corbeau était le messager du dieu du tonnerre et de la foudre. En Bretagne, la légende raconte qu’un corbeau aurait tenté d’éloigner les persécuteurs de Jésus-Christ et, lors de la crucifixion, un corbeau lui aurait arraché une épine du front. Pour le remercier, le Christ aurait fait en sorte que sa couvée ne soit jamais atteinte par la pluie. En Inde, le corbeau représente l’âme humaine et, pour les Amérindiens, il est le messager de la mort. Pour les Allemands, si le corbeau se posait sur le toit d’une demeure où se trouvait un mort, l’âme de celui-ci était damnée.

 

juin16

 

Cet animal a presque trop de significations, aussi contradictoires les unes que les autres : malheur, isolement volontaire, métamorphose des mauvais prêtres morts et messager des dieux. Alors, comme ces mythes m’intéressaient beaucoup, je devais vérifier par moi-même son caractère, ses habitudes, et savoir qui il est vraiment. Bien qu’il vive parmi nous, plusieurs ne savent pas reconnaitre le corbeau, et non, il n’est pas le mâle de la corneille. Il est autant de famille avec le geai bleu qu’avec celle-ci. Il côtoie plus la nature que les endroits urbains et ce n’est pas lui qui vous réveille le matin en défaisant vos poubelles. L’hiver, quand vous croyez voir une corneille en vol, c’est probablement un corbeau que vous apercevez. J’ai la chance d’habiter en forêt et d’avoir une famille de corbeaux à proximité de ma demeure. Souvent, le matin, j’allais près de leur nid dans la falaise, d’où le fait que leurs couvées ne sont jamais atteintes par la pluie. Parfois, je voyais le renard qui venait faire la même observation que moi, mais surement pas pour les mêmes raisons.

 

« C’est un animal extrêmement curieux et qui apprend à la vitesse de l’éclair. »

 

Un matin, par malchance ou par chance que j’y étais, un petit fut repoussé du nid, mais n’était pas tombé très loin ni jusqu’au sol. Moi, contrairement au renard, je pouvais grimper et, enfin, j’allais pouvoir étudier cet oiseau de près. Elle avait une patte cassée et n’a jamais pu marcher convenablement. Mais elle avait un vol du tonnerre et elle le pratiquait avec les corneilles du voisinage. Elle était même devenue amie avec la couvée voisine et s’amusait avec elles à faire des tracés de course au travers des sapins et épinettes. Contrairement aux oiseaux sauvages que j’avais déjà apprivoisés, ce serait toute une aventure. Je l’amenais partout avec moi (j’avais décidé que c’était une femelle sans jamais l’avoir su), elle avait sa place dans mon vieux pickup et je devais apprendre et éduquer un animal qui est très intelligent et très surprenant par ses agissements. C’est un animal extrêmement curieux et qui apprend à la vitesse de l’éclair. Puisque je la laissais libre, je n’ai jamais pu l’étudier comme animal à qui l’on apprend des trucs, mais elle fut de très bonne compagnie et une très bonne amie. Le corbeau a une très bonne vue et pouvait me reconnaitre de très loin. Si je levais le bras, alors elle venait à moi, surtout si j’avais la nourriture dans la main.

 

juin17

 

Alors, si parfois votre briquet ou votre monnaie oublié sur une table de piquenique disparait, dites-vous que c’est probablement un esprit de la mythologie ancienne qui l’a pris, pas pour vous jeter un sort, mais plutôt pour jouer et le cacher comme son trésor. Le corbeau est partout et il vous étudie. Il est surement dans votre quartier depuis plus longtemps que vous, à vous observer. Chaque animal a sa personnalité comme chacun de nous. Apprenez à les connaitre, tous sont joueurs comme les enfants, tous sont curieux comme les scientifiques, chaque espèce a quelque chose à vous apprendre. Regardez la nature et vous saurez vous y reconnaitre.

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

Le saviez-vous?

par Jean-François Morin et Vincent David     Pourquoi un VÉ? Plusieurs raisons sont données ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *